samedi 2 août 2008

L'Esprit Vagabond Opussien!

Êtes-vous devenu Opussien ?
Où l'étiez-vous déjà, membre d'un groupe sélect d'expérimentation Opussienne?
Hehehe.
Ma réputation de geek de métro n'étant plus à faire, je peux me permettre ce qui suit.
Ce mois-ci, à Montréal, la STM propose à ses usagers de passer à la carte Opus, une carte à puce rechargeable qui peut contenir divers titres de transport, dont une CAM. Si vous n'êtes pas pro-actif, on vous propose aussi d'acheter une bonne vieille CAM magnétique et jetable pour encore quelques mois.
J'avoue qu'étant relativement adaptable moi-même, j'ai fait l'acquisition d'une carte Opus (à 50% de rabais sur le prix régulier en plus, une aubaine :-).
J'ai acheté la chose avant-hier et l'ai chargé d'une CAM, puis l'ai utilisé pour la première fois dans quelques bus et dans le métro hier.
Pour cette première journée, je n'ai rencontré aucun problème avec ma nouvelle carte à puce.
Sur le site de la carte Opus, on m'informe que je devrais pouvoir enregistrer des informations sur ma carte, et que je pourrai - dans l'éventualité d'une perte ou d'un vol, me faire rembourser les titres de transport qu'elle contenait. Cette option - impossible à réaliser avec la CAM magnétique traditionnelle - sera probablement suffisante pour convaincre les gens de s'enregistrer, malgré les questionnements sur la confidentialité de la chose.
Côté visuel, on a déjà souligné que la carte Opus est un peu drabe, et j'avoue que le design aurait pu être plus moderne, ou plus adapté à l'idée du transport, mais bon, on va pas trop chialer sur le dessin sur la carte si elle fonctionne bien, non? Quand au nom, il a l'avantage de se prononcer à peu près de la même manière en français et en anglais, ce qui évitera bien des troubles à la STM en terme d'image. Ça aurait pu être pire, remarquez. À San Francisco, la carte porte le nom de la société de transport, Translink, tout simplement. Ici, on a été plus visionnaire, puisque la Opus sera utilisée par plus d'une société de transport (la RTL, l'AMT et la STL sont les premiers à venir en tête, bien que je n'aie trouvé aucune information sur une carte à puce sur le site de la STL).
De toute manière, pour le moment, il faut souligner l'entrée de Montréal et de la STM dans la modernité. Les villes du monde ayant adopté une carte à puce pour gérer leurs titres de transport sont nombreuses, une carte du genre Opus est déjà en usage dans diverses villes, comme Toulouse, avec sa carte Pastel, ou Hong Kong avec son Octopus, par exemple. Et à Londres, où je me trouvais récemment, on a même une carte à puce encore plus performante, la Oyster, qui n'est qu'une carte rechargeable en argent, mais qui gère les déplacements pour vous charger le tarif le plus avantageux compte-tenu de votre utilisation du transport!
--
Et si jamais vous doutiez du bien fondé de cette réputation de geek de métro, les quelques liens de ce billet devrait clore l'affaire :-)
--

1 commentaire:

  1. Istvan5:13 PM

    Haa! les gens de Québec vont (encore ;)) se sentir persécuter, tu as oublié le RTC dans la liste des réseau de transport en commun qui vont offrir la carte OPUS :))

    sans rancune :))

    RépondreSupprimer

L'Esprit Vagabond vous remercie de vous identifier (ou signer votre commentaire). Assumez vos opinions!
L'Esprit Vagabond est un blogue privé et ne publie pas de commentaires anonymes.