vendredi 15 juin 2007

À l'assault du Rucu Pichincha

Une brève entrée pour mentionner notre expédition, à Imeshi, Melina et moi, sur le Volcan Rucu Pichincha, hier après-midi.
Après notre visite au Teleferiqo et notre balade à 4200 mètres d'altitude, il y a quelques jours, les filles se sont mis en tete de conquerir un sommet volcanique. Je leur ai donc recommandé le Rucu Pichincha puisque la marche, bien qu'exténuante, est relativement courte (3h pour atteindre le sommet à partir de Cruz Loma et environ une heure et demie pour revenir), et que cette randonnée n'a rien de technique.
Comme j'avais déjà gravi le Rucu et qu'il s'agissait de leur première randonnée en altitude, elles m'ont convaincu de leur servir de guide (ok, j'aime ces activités moi-meme, alors ca n'a pas été si difficile de me convaincre... et puis qui résistera à deux jolies australiennes? :-))
Voici donc quelques photos de notre ascension.


Une petite surprise nous attendait à notre arrivée à Cruz Loma; un orchestre symphonique offrait un concert de musique classique à 4050 m d'altitude! Avec Quito en arrière-plan et la musique de Rachmaninov (sous toute réserve, j'ai cru reconnaitre), nous avons donc entamé notre ascension du Rucu Pichincha.

À environ 4250 m d'altitude, Melina prend une pause pour soigner deux ampoules qui viennent de se former sur ses talons.


Aux alentours de 4300-4350 mètres d'altitude, nous avions une vue impressionante du volcan Atacazo, au sud, et dont le sommet trone à environ 4460 m. Nous pouvions également voir la "petite" chaine de montagne (au centre de la photo) qui sépare le Guagua (qui se trouvait à droite de cette photo) et Quito (que l'on voit à la gauche). Rappel; le plus haut sommet de cette chaine "microscopique" est le Unguy, à 3500 m d'altitude.


À 4400 m, nous avons fait une pause pour réévaluer nos chances d'atteindre le sommet. Nous étions tous les trois en assez bonne forme, ne souffrions pas du mal des montagnes, avions un peu de nourriture et d'eau, bref, tout allait bien... sauf la température. Au loin dernière nous, Quito disparaissait petit à petit sous une épaisse couche de nuages et on pouvait voir la pluie s'abattre sur la cité. Nous avons décidé de poursuivre jusqu'au prochain pic, une petit plateau situé à 4450 mètres d'altitude... et au moment de l'atteindre, les nuages nous ont rattrapés, ont recouvert tous les alentours de gris, et il s'est mis à neiger, puis greler!
Évidemment, il n'était plus question de faire le sommet, alors nous avons repris le chemin du retour, décus de la température, mais content de notre randonnée. Nous avions atteint 4450 m en 1h45, donc notre rythme nous aurait permis d'atteindre le cratère environ 20 minutes plus tard, puis le sommet lui-meme en un peu moins de 3h en tout. Pas du tout un mauvais rythme pour les filles qui en étaient à leur première ascension, ou pour moi, qui n'ai pas fait de randonnée depuis... depuis fort longtemps, disons. Vous aurez compris que le retour a été entièrement sous la pluie (après une descente d'environ 100 m, la neige et la grele se sont transformées en pluie)... Nous étions donc bien content de retrouver la maison, une douche chaude, une soupe et un bon thé.
Après un moment de repos, nous avons feté notre randonnée (et ma dernière soirée à Quito) en compagnie de Tom (celui de Manchester, qui enseigne l'anglais... et a des contacts au Japon, hum, à suivre) et Sara (qui passe seulement deux mois en Équateur après un séjour de deux ans en Chine; elle enseigne l'anglais) dans quelques bars de Gringoland en soirée.

1 commentaire:

  1. Agnès.7:13 AM

    Hummm... Je savoure le froid des montagnes qui pique les joues et l'air de la sierra qui pénètre les pores; les plaisir des yeux lorsqu'ils se retournent pour admirer la ville en bas, et le bonheur d'avoir pris de la hauteur...
    Je suis pourtant en France, à 300m d'altitude... mais je viens de lire des lignes qui font voyager. Merci!

    RépondreSupprimer

L'Esprit Vagabond vous remercie de vous identifier (ou signer votre commentaire). Assumez vos opinions!
L'Esprit Vagabond est un blogue privé et ne publie pas de commentaires anonymes.