dimanche 31 décembre 2006

Messe de minuit avec les Cowboys Fringants

Il y a des décennies, mes grands-parents fêtaient la fin de l'année et l'arrivée de la nouvelle année avec une messe de minuit et un party de famille. Hier soir, j'ai été assisté à l'équivalent d'une messe de minuit version Québec 21e siècle, au Centre Bell, où un party de famille réunissait les Cowboys Fringants et vingt mille spectateurs endiablés.
La comparaison avec la messe n'est pas un hasard, puisque justement, ils ont un album qui s'appelle la Grand Messe et que ma foi, depuis quelques années, leur messe de minuit au Centre Bell est devenue une sorte de tradition. Celle de cette année marquait en plus la fin de leur tournée. Et à voir comment leurs fans connaissent les paroles de leurs chansons et les sujets de celles-ci, il y a quelque chose de sectaire dans ce groupe - heureusement, dans le bon sens des choses.
--
La première fois que j'ai entendu parler des Cowboys Fringants, c'est à mon retour de BC et d'Europe, à l'été 2003, alors que la famille et les amis n'en avaient que pour «Toune d'automne» et que nous revenions, Suzie et moi, d'un trip au Canada... C'est un peu devenu une chanson fétiche depuis... et un groupe fétiche aussi, que j'ai donc continué à suivre au fil des ans.
--
Le spectacle d'hier était une première pour moi, avec les cowboys live... et je n'ai pas été déçu. Si c'est de l'énergie et de la fougue que vous cherchez dans un spectacle, les Cowboys livrent la marchandise comme aucun autre groupe que j'ai pu voir en spectacle avant. En fait, en terme d'énergie pure, la seule chose que j'avais vu qui se rapprochait de ça, c'était un show des Colocs qui avait duré près de 4h tant la foule était en délire et le groupe était généreux.
Si le spectacle d'hier soir n'a pas duré 4h (mais bien près de 3h), il n'en demeure pas moins le show le plus dynamique que j'ai pu voir. On y chante évidemment, on y joue de la musique - des dizaines d'instruments qui viennent agrémenter les habituelles guitare et drums - on y saute, danse, s'amuse, et interagit avec le public, qui était hier soir, dans un délire total. Jamais de ma vie je n'avais entendu autant de décibels provenant d'une foule - pas même au show de McCartney à Rome où nous étions pourtant 300 000. L'accoustique de l'amphithéâtre favorisait évidemment le son émis par les 20 000 fans regroupés dans le temple, mais quand même!
--
Le répertoire des Cowboys Fringants est vaste, et même si leurs rythmes sont endiablés, ils ont réussi grâce à ce vaste choix de chansons, à tenir la foule en mouvement constant - sans prendre de pause ni faire d'entracte - et ce malgré plusieurs pièces de courte durée. A posteriori, ça relève de l'exploit.
Parmi leurs textes, chacun aura ses préférences, et j'avoue que les miennes vont à leurs pièces engagées et/ou aux textes plus intimistes, par opposition à leurs rigodons délurés. Ainsi, bien que la soirée ait eu plusieurs moments forts, à part «Toune d'automne», j'ai particulièrement apprécié «Les étoiles filantes», «Mon chum Rémi», «8 secondes» et «Plus rien».
--
Je lance donc mon chapeau à Karl Tremblay et sa gang de joyeux drilles. Je ne sais même pas comment on catégorise leur musique, qui valse entre le rock, le folk, le rigodon et le country (néo-rock-rigodon, comme on avait qualifié un jour la musique de Dédé Fortin - dont le groupe était un peu précurseur des Cowboys, non?). D'ailleurs, les textes socialement engagés, politiques, environnementalistes des Cowboys ne sont pas sans rappeler ceux de Dédé à divers degrés...
Une mention toute spéciale au moment où ils ont joué «Toune d'automne», et pendant laquelle le chanteur n'a presque rien eu à faire, tant la foule chantait à l'unison (ou presque) les paroles de cette chanson - j'avoue avoir été ému :)
Une autre mention à la personne la plus impressionnante de la soirée: Marie-Annick Lépine; la fille du groupe, qui est une femme-orchestre, avec son incomparable violon («Le» son du groupe pour moi), ses touches d'accordéon, sa guitare, son clavier, elle dégage pendant chaque pièce une énergie incroyable, contagieuse et inoubliable.
La messe de minuit des Cowboys Fringants était donc une bien belle manière de terminer l'année.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'Esprit Vagabond vous remercie de vous identifier (ou signer votre commentaire). Assumez vos opinions!
L'Esprit Vagabond est un blogue privé et ne publie pas de commentaires anonymes.