jeudi 9 décembre 2010

Miramar, Benoît et Judy et souvenirs de rien d'inclus

Voici venu le temps de conclure cette série de billets sur mon court séjour à La Havane.
Contrairement à mon premier séjour (dans le coin de Santiago), je n'avais pas opté pour une formule "tout inclus". Par contre, l'aspect étrange de l'offre touristique à Cuba fait qu'il était bien moins cher d'acheter un package que d'acheter seulement un billet d'avion. J'ai donc opté pour une formule avion-hôtel. C'est ce que j'ai appelé un "rien d'inclus", puisqu'en plus de ne pas inclure les repas et les boissons, la formule permettait d'opter pour une hôtel à La Havane, en ville, plutôt que sur la plage, comme les habituels tout inclus le font.
C'est pourquoi à notre arrivée, à l'aéroport de Varadero, les 176 autres passagers ont pris des bus vers leurs resort sur la plage alors qu'Arsenio, Esteban et moi partagions une minivan avec Benoît vers La Havane. 4/180 m'a semblé un ratio intéressant quand on parle de voyageurs indépendants par rapport aux voyageurs de tout inclus :-).
Benoît n'en était pas à son premier séjour cubain; lui aussi a visité le coin de Santiago, en plus d'avoir séjourné dans quelques autres provinces du pays. C'est que Benoît a une copine, Judy, qui est cubaine, et qui désire le rester. J'allais croiser Benoît à quelques reprises au cours de mon séjour, ainsi que Judy avec qui j'ai eu l'occasion d'échanger quelques mots à deux occasions. Il m'a semblé intéressant de voir quelqu'un dont l'histoire et les décisions personnelles vont autant à l'encontre de ce que les médias se masse tentent souvent de nous faire croire sur la situation des cubains; on parle ici d'une jeune femme qui aurait l'opportunité de former un couple avec un canadien, donc d'immigrer chez nous, mais qui préfère rester à Cuba et inviter son copain à éventuellement s'y installer à la place.
Notre hôtel de rien d'inclus était situé à Miramar, le quartier chic et moderne de La Havane. En réalité, il s'agit d'un quartier aux larges rues et boulevards, aux grands terrains développés autour de sites hôteliers 4-5 étoiles et de diverses villas hébergeant les ambassades présentes à Cuba. Notre hôtel faisait partie d'un duo d'hôtels occupant un immense bloc compris entre la 70e et la 82e rue et les 5e et 7e avenues. Le désavantage avec ce genre d'endroit, c'est évidemment d'être en retrait des quartiers du centre. Ceci ne nous a pas posé problèmes, puisque nous avons pu profiter de la navette d'un des hôtel ainsi que du bon système de transport local combiné aux bas tarifs des taxis. Ce qui étonne - et désole un peu ce voyageur-ci - c'est que l'hôtel en question était bien trop luxueux pour mes besoins. J'aurais parfaitement pu me loger dans moins grand et moins luxueux, dans un petit établissement du centro, par exemple. Mais évidemment, le grossiste offrant le forfait que j'ai acheté ne prendra pas le risque d'envoyer des touristes québécois dans quelque chose de moins que le classique hôtel 3-5 étoiles que les amateurs de forfaits semblent exiger. C'est un peu triste, mais compréhensif si on se souvient du genre de plaintes que j'avais entendu dans mon tout inclus il y a près de trois ans. Aussi, il faut dire qu'à part Benoît, il n'y avait que nous trois qui avions profité de ce forfait "urbain", alors ça ne doit pas valoir la peine pour un grossiste d'offrir diverses autres options avec de plus petits établissements en ville...
Sinon, Miramar est, comme son nom l'indique (mira = regarde, mar = mer), est un quartier qui est bordé par la mer des caraïbes, alors le plus intéressant à voir, passé quelques ambassades, demeure le bord de l'eau, qui est étrangement peu développé et exploité, par contre. J'imagine que les touristes de tout inclus en ville, préfèrent rester enclavé près de la piscine ou du tennis plutôt que d'aller s'aventurer dans le quartier...
Quelques photos.


"L'intérieur" du Montehabana, notre hôtel à Miramar. On peut apprécier son architecture tropicale. Même si certains éléments sont un peu fatigués, il demeure un édifice agréable, et étonnamment calme, pour un si grand établissement.


Mes compagnons de voyage, sous les palmiers de Miramar... avec, en arrière plan, l'édifice très laid qui abrite l'ambassade de Russie.


Derrière notre hôtel, les aires communes avec l'Occidental, l'hôtel voisin faisant partie de la même chaîne. On peut également voir, au centre, au loin, le dôme de l'église Jesus de Miramar.


Tiens, un vautour qui prend son envol, au dessus des rochers qui constituent les berges de la mer à Miramar.


Une dernière photo à La Havane... départ bientôt.


Voilà, c'est fini. Nous sommes dans la navette nous ramenant vers l'aéroport de Varadero, où nous allions rejoindre les 176 autres voyageurs qui arrivaient de leurs tout inclus sur la plage. On peut voir Benoît (sans visage) à l'arrière.
--

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'Esprit Vagabond vous remercie de vous identifier (ou signer votre commentaire). Assumez vos opinions!
L'Esprit Vagabond est un blogue privé et ne publie pas de commentaires anonymes.