samedi 5 avril 2008

The Other Boleyn Girl

Comme j'aime bien le cinéma, que j'aime bien voir des films en salle, que j'aime bien les films avec Scarlett Johansson ainsi que ceux avec Natalie Portman, en plus d'aimer ces fictions historiques, qui brodent leurs intrigues autour de faits connus, vous pouvez déjà imaginer que j'attendais avec impatience la sortie du film The Other Boleyn Girl, de Justin Chadwick, puisque le film combine tous ces éléments.
C'est l'histoire des deux soeurs Anne et Mary Boleyn, élevées modestement à la campagne avant d'être propulsées à la Cour d'Henri VIII afin d'améliorer le sort de la famille en obtenant un certain pouvoir par association. Le père des deux filles, Sir Thomas, et leur oncle, Duc de Norfolk, tentent d'obtenir d'une des deux qu'elle donne un héritier mâle au Roi afin de rendre la famille indispensable, riche et influente. L'histoire retiendra que Mary sera la maîtresse du Roi alors qu'Anne finira par marier Henri, mais payera cher son ambition.
The Other Boleyn Girl est adapté d'un roman du même titre, qui est donc la fiction à l'origine de ce scénario fin et subtil, qui tricotte habilement autour des faits historiques. Certains points de l'Histoire demeurent assez flous - on parle d'événements qui se sont passés dans l'Angleterre du début du 16e siècle après tout - ce qui permet aux créateurs de combler les trous et utiliser les faits pour raconter leur histoire. À titre d'exemple, les historiens ne s'entendent même pas pour savoir qui de Anne et Mary était l'aînée, ni si la relation entre Mary et Henri VIII est à l'origine du premier-né de Mary ou non... Or cet espace est utilisé avec intelligence par les scénaristes de The Other Boleyn Girl.
Aussi, plutôt que de s'encombrer de ce qui est connu et alourdir le propos, le film se concentre sur l'histoire personnelle d'Henri, de sa première femme Catherine D'Aragon et des soeurs Boleyn, pour la période allant à peu près de 1520 à 1536, en faisant références aux décisions politiques d'Henri, décisions qui allaient changer la face de l'Angleterre.
--
J'ai adoré ce film. En fait, je peux déjà prévoir qu'il devrait figurer au Top 10 de mes films préférés de 2008, et que c'est le premier film de cette année à posséder ce potentiel.
Tout dans The Other Boleyn Girl m'a paru parfaitement bien réussi, et l'ensemble fonctionne bien autant comme tragédie, film historique que film romantique. En fait, c'est une excellente tragédie, un très bon film historique et une excellente histoire romantique. Pour un amateur de mélange de genres (au sens large, et la chose est plus difficile à réussir qu'il n'y paraît), le film est un pur délice.
La décision d'en faire également un beau film, en terme photographique, est à saluer; les couleurs sont superbes, les contrastes entre la vie de château, les cellules, la campagne et les coulisses du pouvoir font que les éclairages font partie intégrante de l'intrigue. Pour un réalisateur relativement jeune, et qui a oeuvré surtout en télévision, Chadwick réussi à filmer son histoire avec fluidité et efficacité, ménageant ses effets (il se fait discret, en fait, ce qui est tout à son honneur) pour que notre attention soit entièrement portée sur les personnages et l'histoire qu'ils nous racontent.
Et ces personnages, ils sont campés avec brio et aplomb par le trio principal d'acteurs. Scarlett Johansson joue une Mary jolie, douce, calme et plutôt effacée pour qui on se prend naturellement d'affection alors que Natalie Portman nous offre une Anne Boleyn facinante, ambitieuse, manipulatrice et intense qui est difficile à détester mais difficile à aimer également mais dont le destin demeure prenant. Eric Bana est très convaincant en Henri VIII, un personnage difficile à habiter pour un acteur (il me semble) et fait montre de la prestance et de la présence physique nécessaire pour faire vivre Henri à l'écran. Les trois personnages sont complexes et attachants à leur manière et nous habitent encore longtemps après la projection.
C'est donc un film à voir, particulièrement si vous aimez le genre. Rappelez-vous de l'excellent Elizabeth de Shekkar Kapur en 1998, que j'ai revu, justement, quelques jours après Boleyn Girl... (et puisque le personnage de celui-ci est l'enfant du personnage de celui-là...)
Enfin, The Other Boleyn Girl m'apparaît aussi comm un film à revoir. C'est, en tout cas, ce que je me propose de faire.
--

2 commentaires:

  1. Tu m'as convaincu. Il faut absolument que je vois ce film :)

    RépondreSupprimer
  2. Daniel Sernine11:14 PM

    Henry VIII est à la mode ces temps-ci: il a été incarné par Jonathan Rhys Meyers dans la mini-série The Tudors diffusée à CBC cet hiver (avec Sam Neil dans le rôle du cardinal Wolsey).
    En furetant dans Wikipedia, je découvre que le vilain Henry est crédité de 72,000 exécutions, sinon davantage (on veut dire: 72,000 exécutions sous son règne, pas nécessairement toutes ordonnées par lui :o)
    Pour revenir au cinéma, Elizabeth - The Golden Age est à voir lui aussi, avec l'infiniment talentueuse Kate Blanchett (ce qui démontre qu'on choisit toujours des acteurs/trices plus beaux ou belles que les personnages historique... Entre autres détails, Elizabeth était édentée et chauve à l'époque illustrée par The Golden Age.)

    RépondreSupprimer

L'Esprit Vagabond vous remercie de vous identifier (ou signer votre commentaire). Assumez vos opinions!
L'Esprit Vagabond est un blogue privé et ne publie pas de commentaires anonymes.