lundi 26 octobre 2015

L'Esprit Vagabond chez les vikings

Je me réclame souvent de Tintin puisque c'est une série de BD que j'ai lu des dizaines et des dizaines de fois dans ma jeunesse. Je me réclame moins souvent d'Astérix, même si cette série était exactement dans la même position dans ma collection offerte par mon père. Cet état de fait est probablement dû au fait qu'Astérix est moins une image forte de voyageur aventurier réaliste, vu les dessins plus folkloriques et les histoires plus fantaisistes (potion magique) de cet univers. Toutefois, je pense souvent à Astérix quand je voyage en Europe ou dans ses environs, puisque les gaulois du village ont voyagé par mal aussi dans les albums de Gosciny et Uderzo.

La place principale de Roskilde; à g, l'hôtel de ville,
à dr. la cathédrale.
Le titre de ce billet est donc une sorte de références aux aventures des gaulois, puisque c'est le genre de titre que la série adoptait régulièrement.

Cette introduction pour dire que je suis allé visité la ville de Roskilde, qui était, avant Copenhague, la capitale du Danemark... au temps des Vikings. C'est d'ailleurs à Roskilde, dans la cathédrale, que sont enterrés les rois et reines du Danemark depuis plus de 1000 ans. Cette cathédrale mérite d'ailleurs le détour, ne serait-ce que pour son architecture (élaborée pendant plusieurs siècles au fil des ajouts de chapelles).

Vestiges d'un bateau viking original.
Mais si Roskilde offre une visite aujourd'hui incontournable, c'est à cause des bateaux vikings. Roskilde est située dans un fjord où trois canaux plus profonds permettaient le passage de navires autour des années 800-1000. Un de ces canaux était très tortueux et demandait donc une connaissance local pour pouvoir passer. Sur un autre, les vikings de Roskilde avaient installés un péage doublé d'un système de sécurité pour prévenir toute la région en cas d'attaque. Pour contrôler/boucher le troisième canal, on coulait simplement de vieux bateaux pour empêcher la navigation.

Détail des vestiges d'un bateau viking.
Dans les années 1950-60, on a eu l'idée de fouiller le fond du canal et on y a trouvé les vestiges de cinq bateaux vikings vieux de plus de 900 ans. On a drainé le secteur autour des vestiges pour les renflouer, un travail incroyable où il fallait prendre ne considération la conservation du bois sorti de l'eau: on a d'ailleurs conservé les morceaux pendant longtemps en immersion avant de les plonger dans une solution de glycol afin qu'ils absorbent assez de ce produit pour éviter leur détérioration complète une fois sortis de l'eau. Puis, on a entrepris la reconstruction du puzzle que constituaient les milliers de pièces de bois de ces navires coulés il y a des siècles.

Reproduction d'un bateau viking,
utilisant les technologies d'époque.
Vingt-cinq ans plus tard, on arrivait à une reconstruction satisfaisante et on décidait de construire un musée pour abriter les épaves. En parallèle, on étudiait ces bateaux et on tirait de ces études les outils et le bois utilisés pour les construire, les techniques, etc. Avec ces informations, on a regroupé un certain nombre d'artisans-experts qui ont entrepris de construire, avec les mêmes outils, bois et techniques, des répliques neuves des cinq navires.

Puis, pour tester la validité de toutes ces recherches et de toutes les histoires sur la navigation des vikings (qui sont allés de Istanbul jusqu'à Terre-Neuve, quand même), on a organisé des expéditions en mer recréant les voyages vikings avec ces navires-répliques construits avec la technologie d'il y'a mille ans. D'après ce que j'ai pu lire sur place, l'expérience n'a pas été menée jusqu'en Amérique, mais  un bateau a rejoint le Groenland comme la chose était relativement fréquente à l'époque viking.

Reproductions de 3 bateaux vikings.
Aujourd'hui, dans le musée des bateaux vikings, on peut donc voir les vestiges de ces bateaux originaux, de même que leurs reconstruction à neuf utilisant les mêmes techniques, dans le fjord de Roskilde. Une expérience fort intéressante pour qui s'intéresse à l'archéologie comme moi. ce genre de vestige est très rare, puisque règle générale, tout ce qui était en bois il y a plus de mille ans s"est détérioré avec le passage du temps.

--

Plus tard dans ma journée, j'ai pris une couple d'heures pour visiter l'impressionnante cathédrale gothique de Roskilde. J'avoue que ma connaissance de la monarchie danoise est assez limitée - une fois passé les noms de Frédérik et Christian qui semblent les plus usuels pour les rois ici.

Cathédrale de Roskilde, vu de la cour de l'ex-palais épiscopal
J'ai tout de même apprécié ma visite des tombeaux royaux, particulièrement celui de Christian VII, le roi schizophrène, puisque celui-là, j'étais plus au courant de son histoire. Fait intéressant, la reine de Christian VII, Caroline, est la seule altesse royale du Danemark à ne pas être enterrée à Roskilde (depuis que les souverains y sont ensevelis, un peu avant l'an 1000). C'est justement son histoire à elle que je connaissais (via un merveilleux film intitulé en anglais "A Royal Affair").

L'avantage de la visite d'automne est d'être complètement hors-saison, et Roskilde m'a donné un aperçu assez frappant d'une ville extrêmement tranquille sans l'afflux de visiteurs qu'elle doit recevoir en été. En plus, ma visite tombait un dimanche - donc tout était fermé, incluant la plupart des restaurants et café, nous sommes en Europe.

Il y avait donc très peu à voir en ville, une fois visités le musée des bateaux vikings et la cathédrale.
Je termine donc la relation de ma visite sur deux dernières photos:

L'arche reliant la cathédrale à l'ex-palais épiscopal a été
érigé pour permettre à l'évêque de joindre la cathédrale
sans avoir à traverser le chantier que constituait sa
construction sur plusieurs décennies.

Fresque à l'intérieur d'une des chapelle - le personnage
diablotin à gauche attire l'attention avec son tricot(?), sans
parler de l'homme-singe à droite avec sa lance...

--

1 commentaire:

  1. Daniel Sernine11:27 AM

    Le diable tricoteur à un seul sabot... Il y a un conte là-dedans, c'est sûr... :O)

    RépondreSupprimer

L'Esprit Vagabond vous remercie de vous identifier (ou signer votre commentaire). Assumez vos opinions!
L'Esprit Vagabond est un blogue privé et ne publie pas de commentaires anonymes.