mardi 17 octobre 2006

Un tour en métro et en photos

La fin de semaine dernière, je suis allé faire une petite exploration urbaine. J'aime bien découvrir les choses de la ville sous divers angles - mon père n'arrête pas de me dire que je suis un rat des villes (lui étant évidemment un rat des champs) et il a raison.
Samedi dernier, donc, j'ai exploré une partie du Métro de Montréal, la partie ouest de la ligne orange, qui va de Lione-Groulx à Côte-Vertu. Il s'agit de la partie la plus récente de cette ligne, dont les stations datent pour la plupart des années 80.



Cette tournée a débuté à la station Place St-Henri, où l'on peut voir, sur le quai comme sur la passerelle menant aux sorties, un double jeu d'hélices colorées, qui, à l'origine, devaient tourner grâce à l'appel d'air créé par le passage du métro, ce qui indiquait pour les voyageurs entrant dans la station s'ils venaient de rater une rame. Bien que l'on m'ait dit que pour des raisons de sécurité, les hélices ont été fixées depuis longtemps, j'ai pu les voir tourner lors de mon passage à la station! Ma source (Un guide de Héritage Montréal) a promis de vérifier pourquoi on lui avait fourni la mauvaise information! Sur la photo, on voit les hélices qui surplombe les quais, la photo étant prise du trou dans la passerelle qui permet le lien entre ce jeu d'hélices et celui qui se trouve en haut.


Station Vendôme, d'étranges tuyaux surplombent aussi les voies, près des escaliers. Une fois sur la passerelle (maintenant fermée) qui traverse les quais, on peut voir les tuyaux et une verrière (photo). Ces tuyaux, au départ, devaient être percés et tel un orgue géant, constituait un instrument de musique qui lancerait sa mélodie à chaque passage du métro (encore animé par l'appel d'air créé par le passage des rames). Malheureusement, faute de budget, les trous n'ont jamais été percés et l'orgue demeure silencieux.

Les écrous de la station Villa Maria ne sont pas juste là pour faire beau. Ils indiquent par deux subtilités la direction du quai et la direction des escaliers. En effet, plus la partie ouverte est basse, et plus vous vous rapprochez des quais et vous éloignez des tunnels. Aussi, plus la couleur est sombre (du jaune au violet - on ne voit pas "le cercle violet" (hum) sur cette photo), et plus vous descendez. Sur le quai, les bancs répondent à ce jeu de couleurs, le jaune indiquant la direction de l'escalier menant à la surface. Notez que ces écrous sont fait de béton polymère teint, et que s'ils se cassent, chaque morceau conserve toute sa couleur, et que bien sur, ceci a l'avantage qu'on a jamais besoin de repeindre la station pour qu'elle conserve ses couleurs.

Il y a plusieurs dizaines de polyèdres suspendus au plafond de la station Namur, au niveau des guichets. On en voit quelques-uns sur cette photo; les polyèdres étant constitués d'hexagones et carrés qui permettent entre autre de supporter le systême d'éclairage de la station. J'ai voulu, avec cette photo, capter l'image du guichet du métro - on peut donc le voir par réflexion dans le miroir convexe. Si on a de bons yeux, on peut aussi voir le nom de la station et plusieurs des polyèdres captés par réflexion.

Ici, une vue d'ensemble du niveau des guichets de la station Du Collège, prise du niveau de la rue. On remarque aussi que l'on voit le niveau des quais (à gauche en bas) et l'escalier menant à ceux-ci. J'aime bien les stations où il y a de l'espace, et où l'aire entre les niveaux est ouverte come c'est le cas à Du Collège. On retrouve à cette station le plus grand nombre d'oeuvres d'art regroupés dans une seule station du métro de Montréal. Vous remarquez d'ailleurs certainement la colonne grecque qui "enveloppe" une colonne de béton supportant la voûte du niveau guichet.

Toujours à la station Du Collège, un exemple d'autre oeuvre d'art que l'on y retrouve. La station Du Collège possède deux accès indépendant, un à chaque bout des quais, et chaque accès a son édicule. Dans l'entrée de celui-ci, on peut observer 2 verrières, dont celle-ci, qui dépeint le quartier St-Laurent (qui était une ville indépendante lors de l'apparition du métro dans ce secteurde l'île de Montréal). Pour l'anecdote, j'aurais aussi pu photographier un banc de la station, qui reprends la thématique grecque de la colonne, mais en y intégrant le symbole de l'ex-Ville ST-Laurent et qui se trouve à être le seul symbole autre que le logo du métro que l'on retrouve dans le réseau (on ne retrouve même pas le symbole de la Ville de Montréal).

Station Côte Vertu, qui est le terminus de la ligne orange côté ouest, une station un peu trop petite pour un terminus, puisque le plan d'origine de la ligne ne prévoyait pas du tout s'arrêter là, mais plutôt à une station Boisfranc qui aurait joint la station de trains de banlieue du même nom... et qui aurait été le point de départ souhaitée pour un prolongement du métro vers Laval... Anecdote supplémentaire: le tunnel du métro est déjà creusé jusqu'à la station Boisfranc, et il est en partie aménagé, en plus, mais demeure inutilisé. L'oeuvre d'art de Côte Vertu serait la plus récente de tout le réseau de métro; elle illustre les gens qui circulent anonymenent et sans trop échanger. Ses figurines se refletent dans le miroir, de même que ma complice Suzie qui m'accompagnait pour cette exploration urbaine du métro de Montréal.

Après la visite, J'ai fait un retour et une pause à la station Lionel-Groulx, carrefour ouest entre les lignes orange et verte. J'avais remarqué son "arbre de vie" depuis longtemps, mais n'avais jamais pris le temps de documenté ma visite avec une photo intéressante. L'occasion de la visite urbaine se prêtait donc bien à l'exercice, et vous pouvez donc voir le résultat ici.

Les stations du métro de Montréal ne sont pas toutes aussi intéressanes les unes que les autres, mais elles offrent souvent des surprises à qui prends le temps de regarder autour de lui. Ces surprises peuvent être intéressantes, agréables à regarder, ou peuvent aussi laisser perplexes (les "rotules" de la station Mont-Royal ?!?).

Je reviendrai éventuellement avec un autre billet du genre si l'occasion se présente...

2 commentaires:

  1. Daniel Sernine11:09 PM

    Prochaine mission sur la ligne bleue, Hugues: la station Outremont et ses réverbères reproduisant ceux des parc d'Outremont, la station Acadie et son ambiance tombale, la station De Castelneau et ses bas-reliefs paysans, le labyrinthe de la station Jean-Talon, puis la station Snowdon, ses fenêtres sur le roc et ses murales florales effacées (quand on a voulu une première fois effacer des graffitis, l'oeuvre d'art partait avec)...
    Des heures de plaisir en perspective!

    RépondreSupprimer
  2. Joel Champetier3:15 PM

    Très intéressant. J'aime beaucoup le métro, et moi aussi je me dis que je devrais visiter les stations où je ne suis jamais allé.

    RépondreSupprimer

L'Esprit Vagabond vous remercie de vous identifier (ou signer votre commentaire). Assumez vos opinions!
L'Esprit Vagabond est un blogue privé et ne publie pas de commentaires anonymes.