jeudi 9 juin 2011

Split: Nous sommes en 295 après J.C.

Parmi les villes que j'ai visité jusqu'à maintenant, Split est définitivement la plus singulière. Là où Sarajevo était dominée par les minarets et les montagnes, Budapest et Osijek par l'architecture austro-hongroise, et Dubrovnik par le style vénitien, Split n'a aucune dominance particulière, autre que le mélange des genres, des styles, et des époques. Il en ressort une ville rafistolée de toutes parts, mais tout de même belle malgré ses coins louches et son aspect déglingue. Les gens qui ont fait de Split ce qu'elle est devenue sont définitivement débrouillards, et le résultat est ici étonnant, là drôle, et là-bas intriguant. Bref, marcher dans les rues de Split n'est jamais ennuyant et vous ne savez jamais ce que le prochain coin de rue va vous apporter!
Mais commençons par le commencement. Nous sommes en 295 après J.C. Split, partie de la province de la Dalmatie, n'existe pas encore vraiment. L'empereur romain Dioclétien décide de s'y faire construire un palais sur le bord de l'Adriatique. Le gigantesque complexe carré, et littéralement fortifié par des murs extérieurs d'une hauteur vertigineuse, marque le début de la ville, puisqu'il abrite non seulement les appartements impériaux, un mausolée et quelques temples, mais aussi les quartiers de sa suite. Voici ce qui a - miraculeusement - survécu de cette époque, à Split.

La porte de l'est, ou porte d'Argent, est encore assez bien préservée, ainsi que les structure qui la surplombe.

Au sud, entre la porte de bronze (dont il ne reste plus qu'une petite arche) et la tour de coin, on peut encore voir une bonne partie des murailles qui bordaient le palais (ici, vues de l'intérieur).

C'est avec autant de plaisir que d'étonnement que j'ai pu voir en contrebas d'une plateforme, les restes d'un plancher en mosaïque vieux de plus de 1700 ans... étonnant, car il est toujours exposé aux intempéries puisque l'ensemble est désormais à ciel ouvert entre la cathédrale de Split et la porte d'Argent.

On peut encore voir, par derrière, la structure du toit du temple de Jupiter en assez bon état.

Cette fontaine date de l'époque de la construction du palais et son eau provient d'un aqueduc romain de la même période et qui existe encore aujourd'hui. Et - aussi étonnant que ça puisse paraître - l'aqueduc fournit encore de l'eau potable à cette fontaine (j'en ai bu pour tester cette affirmation).

Au centre du palais, on se trouve dans le Peristile*, qui était bordé par deux rangées de colonnes soutenant une série d'arches. Encore aujourd'hui, les vestiges sont impressionnants, alors on peut imaginer à quel point l'endroit devait être spectaculaire du temps du palais.

Les aléas de l'Histoire ont fait des sous-sols du palais un des lieux les mieux préservés de l'époque de la dernière période de l'empire romain. Ils avaient été remplis de débris divers au moyen-âge et ont été redécouverts par la suite, en très bon état. On peut aujourd'hui visiter avec plaisir ce site archéologique surprenant.

Je vous ai dit, plus haut, que le temple de Jupiter était assez bien préservé. Voici un exemple frappant: son plafond à voute à caisson est quasi intact malgré les siècles passés. Le temple a été converti en baptistère au moyen-âge et relativement bien préservé pour les cérémonies religieuses.

Plusieurs des artefacts de l'époque romaine découverts lors de fouilles dans Split montrent encore beaucoup de détails; scultures, bas reliefs, colonnes, pilastres... Chose amusante, on fait maintenant de ses vestiges des bancs publics près de la cathédrale. (Celui sur la photo repose toutefois encore dans les sous-sols de l'ancien palais).

Les gens de Split ont de l'humour et fournissent aux visiteurs des légionnaires romains pour réaliser des photos! J'ai capté ces deux acteurs en costume alors qu'ils ne posaient pas pour quelque groupe de touristes.

Vestiges impressionnants à côté de la Porte d'Argent.

Vue du Peristile depuis le Decumanus.

Le vestibule, qui précède le peristile quand on entre dans le palais depuis la mer par la porte de Bronze, est définitivement une des structures les plus impressionnantes de l'époque romaine de Split.
--
Voilà donc pour les ruines romaines de Split. Malgré les apparences, ces ruines ne sont pas situées toutes au même endroit dans la ville; le palais était vaste et l'ensemble n'a pas survécu au passage du temps en demeurant intact. Lors des invasions barbares, les romains habitants la ville de Salona, tout près, se sont réfugiés dans le palais et l'ont utilisé comme forteresse... le palais devenait alors le centre d'une ville qui allait se développer en ses murs; Aujourd'hui, le centre-ville de Split est donc dans le palais... et le palais est le centre-ville; une combinaison historique absolument fascinante; je vous reviens d'ailleurs avec la suite dans un prochain billet. Après les invasions barbares, à Split, l'empire romain allait bientôt s'effondrer et ça allait être le moyen-âge.
--
* Entre les inscriptions en croate et quelque rare traduction en anglais, j'ai tenté d'adapter les termes, mais je n'ai pas le temps de faire la recherche pour trouver les termes français corrects décrivant certaines structures ou pièces, même si je suis persuadé que ces termes existent.
--

1 commentaire:

  1. Tu sais comme j'aime les ruines....J'adore ces photos...

    RépondreSupprimer

L'Esprit Vagabond vous remercie de vous identifier (ou signer votre commentaire). Assumez vos opinions!
L'Esprit Vagabond est un blogue privé et ne publie pas de commentaires anonymes.