jeudi 28 novembre 2013

Chers lecteurs

Chers lecteurs
Cet automne, pour diverses raisons, je me suis posé bien des questions sur mes voyages et mes écrits. J'ai beau profiter de la vie, découvrir, voyager, apprendre, échanger... à quoi bon si ces activités ne laissent aucune trace, ne changent rien à rien? Si mes voyages en pays en développement, mes témoignages de l'impact de la vie dans notre pays sur ces populations ne changent en rien les habitudes de mes lecteurs, à quoi est-ce que ces témoignages et voyages servent-ils? Si les lecteurs de mes articles et billets sur les atrocités commises au Guatemala (par exemple) par les entreprises canadiennes, et le fait que ces atrocités ont été approuvées et encouragées par le gouvernement conservateur au grand complet (par un vote en chambre dont j'avais donné quelques détails d'ailleurs), si les lecteurs de ces billets-là continuent de voter pour ces gens, continuent d'investir dans ces entreprises, ne questionnent pas leur courtier, leur REER et leur fonds de pension, si ces lecteurs-là s'en fichent donc, à quoi est-ce que je sers?
Je donne l'exemple du Guatemala en ce qui concerne mes écrits sur ce blogue et ailleurs.
J'aurais aussi pu donner l'exemple de l'Équateur, où j'ai effectué mon premier projet de coopération internationale en 2004. Dans ce cas précis, je ne m'attendais ni à changer le monde d'ici, ni celui de là-bas, mais j'avais un peu d'espoir de contribuer à quelque chose, aussi minimale soit cette contribution, auprès des enfants de l'école, et de (peut-être) sensibiliser les gens de mon entourage face à ce qui se passe sur la terre à l'extérieur de leur petite bulle privilégiée.
Je ne pars pas en croisade contre le fait que nous sommes privilégiés, et certes, il y a relativement peu d'actions que nous puissions faire, individuellement, pour vraiment changer les choses, mais je donne parfois quelques pistes significatives, comme la surconsommation, le gaspillage, l'encouragement à des entreprises qui violent des droits humains ailleurs dans le monde, ou encore exploitent carrément les populations des pays pauvres.
--
Une pensée qui résume mon questionnement
En un mot: Il me semble que ne pas agir pour nuire à autrui, ne pas agir pour faire souffrir autrui et ne pas agir pour (faire) tuer autrui, ce n'est pas demander la lune, quand même, non?
--
Coopération et grands décideurs
Au cours des dix années qui se sont écoulées depuis mon projet en Équateur, je n'ai cessé de m'intéresser ou participer activement à des projets de coopération internationale, dont certains relevaient d'organismes très bien établis alors que d'autres relevaient de projets individuels. Dans bien des cas, la business de la coopération et l'attitude des gouvernements des pays industrialisés (surtout depuis le virage opéré par le Canada sous les conservateurs si on s'attarde à notre propre pays) m'ont fait réaliser à quel point ces efforts de coopération individuels étaient systématiquement détruits par ces grands décideurs.
Les entreprises transnationales ont (littéralement) les gouvernements dans leur poche – il n'y a qu'à regarder les dossiers des mines, des pétrolières, de la fiscalité et de l'environnement (entre autres), dans lesquels nos gouvernements fédéraux comme provinciaux s'inclinent automatiquement devant la grande industrie privée sans considération pour les citoyens, et sans même s'en cacher pour s'en convaincre. Cette toute puissance des transnationales boucle en quelque sorte cette boucle qui décourage bien des gens d'agir pour améliorer les choses. Un exemple parmi d'autres: Il y a un peu plus de 3 ans, alors que je m'intéressais à un groupe de jeunes coopérants oeuvrant sur un projet en Afrique de l'Ouest, quelques participants à ce projet me confiaient avoir rencontré, lors de la fête du Canada (chez l'ambassadeur), le consul et ses adjoints, ainsi que leurs très bons amis: les ingénieurs des minières canadiennes là-bas. Or ces minières sont reconnues pour leurs dommages à l'environnement dans de nombreux pays en développement, sans parler de la violence qui entoure souvent leur exploitation des richesses et des travailleurs, ou les morts qui surviennent sur une base régulière dans le monde en rapport avec la "protection" de leurs projets face aux manifestations des résidents des régions touchées. Que voulez-vous que signifie la présence de deux ou trois jeunes coopérants canadiens dans ce contexte où une grande entreprise canadienne elle aussi dévaste le territoire et viole les droits des population?
Aujourd'hui, un article du journal La Presse mentionne que le gouvernement du Canada ne se cache même plus pour mettre au service de ces entreprises criminelles les diplomates payés à même les fonds publics: «Tous les actifs diplomatiques du gouvernement du Canada seront conscrits au profit du secteur privé afin d'atteindre les objectifs établis dans les marchés clés à l'étranger» (je souligne). Est-ce cynique que de dire ici que c'est une information que je savais depuis 3 ans via le témoignage de mes amis coopérants? Est-ce cynique de dire ici que ces amis ne peuvent pas publiquement parler de ça puisqu'ils étaient sur un projet dont une partie des fonds provenaient de l'ACDI et qu'ils pourraient être poursuivis? Est-ce anormal de se remettre en question dans des cas comme celui-là? Est-ce anormal de trouver incroyable que cette information ne semble déranger personne à part moi et quelques autres coopérants/activistes au pays?
--
Coopération individuelle
Pour vous dire la vérité, j'ai un projet de billet sur les limites de la coopération internationale individuelle en préparation depuis plus de trois ans, mais à chaque fois que je m'y attaque de nouveau, des éléments s'ajoutent et font que je devrais écrire un livre plutôt qu'un billet de blogue. Bien évidemment, aucun éditeur ne voudra publier un tel livre, compte tenu des pronostics de vente d'un sujet pareil - ou des pronostics de poursuites bâillons comme en ont été victimes les auteurs du livre Noir Canada sur les minières en Afrique, justement - mais ça vous donne une idée du fait que ce n'est pas d'hier que je me pose des questions sur l'effet de mes actions et de mes écrits.
--
Ce blogue et mes retours au pays
On pourrait aussi ajouter que ce blogue lui-même me cause des inquiétudes, notamment depuis deux ou trois ans, justement, alors que sa partie « voyage » s'est lentement transformée, une transformation qui a favorisé les billets-photos-touristiques au détriment de la réflexion sur le dépaysement, la coopération et mon observation des autres cultures. Mon retour d'Espagne, dont le séjour a été abordé de cette manière sur ce blogue, a ajouté à ce malaise, en plus de contribuer au malaise plus général qui accompagne toujours un retour au pays en ce qui me concerne.
Je vais évoquer de nouveau mon séjour en Équateur en 2004, puisque je me souviens encore très clairement du sentiment éprouvé lors de mon retour au pays (rappel : j'avais passé près de 3 mois en Équateur, un premier séjour en pays en développement). L'étape du choc du retour a alors été caractérisée par une incrédulité face au gaspillage de ressources et aux plaintes inutiles des canadiens sur leur vie qui me paraissait tellement plus confortable et enviable que celle des gens du village de Lloa où j'avais enseigné pendant quelques mois. J'avais conservé pendant plusieurs mois une certaine agressivité envers les enfants d'ici, qui se montraient déçus, à Noël ou pour leur anniversaire, par exemple, de ne pas recevoir le dernier lecteur MP3 qu'ils avaient demandés. Il faut comprendre que j'avais vu pleurer la directrice-professeure de l'école de Lloa en apprenant que j'avais réussi à acheter des aiguisoirs individuels qui feraient en sorte que nos élèves ne se couperaient plus les doigts en tentant d'aiguiser leurs crayons avec le vieil x-acto de l'école. Ce genre d'expérience laisse des traces et si celles vécues en Équateur en 2004 ou ailleurs dans le monde par la suite allaient me définir, j'allais tenter de partager ces influences avec mon entourage et mes lecteurs via divers textes publiés pour l'essentiel ici-même.
J'avais espéré qu'au fil des ans, la relation de ce genre d'expériences aurait un impact (aussi minime soit-il) sur la réflexion des gens qui me liraient. Toutefois, j'ai été forcé de constater, texte après texte, billet après billet, dossier après dossier, voyage après voyage, que ces expériences n'avaient aucunement provoqué (ni même fait envisager) un changement chez les gens de mon entourage ou les lecteurs de ce blogue.
Ce constat a quelque chose de profondément décourageant.
--
Marasme d'automne
C'est avec l'habituel sentiment maussade qui accompagne un retour au pays, donc, additionné de toutes ces interrogations sur mon implication en coopération et dans mes écrits, que ce contexte d'impuissance et de questionnement a accompagné mon automne. Je ne me suis même pas rendu compte ni quand ni comment j'ai décidé de faire une pause sur ce blogue.
Deux rencontres
Puis, aussi soudainement que la pause s'est imposée, ma rencontre avec Claude Villeneuve et Noam Chomsky a semblé me tirer de mes réflexions et me redonner lentement le goût de continuer mon parcours. Mes réflexions et mes tentatives de faire changer les choses, de faire réfléchir les gens des pays industrialisés sur l'importance et l'impact de leurs comportements ne serviront probablement à rien. Mais ne rien faire m'assurera que je ne servirai à rien. Face au pari de Pascal, je me dis donc que je n'ai rien à perdre à essayer, et qui sait si on n'y gagnera pas quelque chose, aussi minimal ce gain soit-il?
--
La suite
Les prochains billets feront donc une sorte d'état des lieux, un état de ce blogue, après bientôt 10 ans d'existence en ligne. Puis, il sera question de mon prochain projet, Équateur 2014, directement relié à mon premier projet en Équateur en 2004, qui permettra de faire le point sur cet aspect important de ma vie, et de voir où ça me mènera par la suite.
--

7 commentaires:

  1. Salut,

    Tout comme je passe moins de temps à bloguer, je lis moins souvent ton blogue depuis 3-4 ans. J'essaie moi aussi de changer les choses, à la fois par l'enseignement, l'écriture et l'engagement politique, mais il n'y a rien de gagné. Comme francophone minoritaire, toutefois, j'ai l'habitude de considérer que la résistance est déjà une victoire.

    RépondreSupprimer
  2. Ouais tu as bien raison Hugues, mais tu te rappelles certainement que je te disais souvent:" que l'on dise ou fasse quoi que ce soit, ce n'est pas nous qui avons le contrôle et on ne l'aura jamais je crois.........

    RépondreSupprimer
  3. Salut, Hugues ce que tu écris n'est pas perdu. Comme une goute d'eau qui tombe dans la mer ne semble pas avoir d'influence sur l'océan. Ce que tu écris à la même influence ça ne semble pas faire de différence. Mais s'il cesserait de pleuvoir à la longue le niveau de la mer baisserait. Si tous les gens comme toi cesseraient d'écrire le monde s'assécherait encore plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo Denis, bien dit...Gisèle

      Supprimer
  4. Mon très cher Hugues!
    Je ne sais pas jusqu’à quel point on peut mesurer l’influence que nous avons sur les gens, alors je vais parler pour moi. L’influence sur les gens se fait petit à petit au rythme qu’ils sont capables d’en prendre. En société, il y a plusieurs niveaux, si on peut dire ça comme ça, pour ne pas dire niveau intellectuel et il faut respecter ça. Pour ma part, ton influence est directe dans ma vie. L’influence de ne pas vivre dans une boite, mais d’explorer autour, d’aller plus loin. J’ai appris toute jeune avec toi de créer sa chance et de faire ce qu’on a réellement envie en se foutant de ce que « l’on doit faire ou ne pas faire ». Est-ce que c’est par ton blogue, nos discussions je ne sais pas trop mais je sais que la manière exceptionnelle dont tu abordes la vie et la société me touche et me font questionner souvent. J’espère continuer à te lire longtemps, parce que tu es un leader d’opinion important, ne le sous-estime pas. Val xxxxxxx

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme4:25 PM

    Comme dit Denis, ta goutte fait partie de la pluie qui manquerait cruellement s'il n'y en avait pas du tout. En cette ère de l'Internet, on peut quand même apprécier le fait que ces voix sont retransmises, sans qu'il soit facile de calculer leur impact. Le problème, quand on se fait demander de changer nos comportements (je m'inclus dans le nombre), c'est que notre comportement est déjà perpétuellement en changement à cause de contraintes extérieures qui surviennent contre notre gré. Je pense que l'esprit des gens, même des gens de bonne volonté, arrive à saturation un moment donné.
    Joël Champetier

    RépondreSupprimer
  6. Ah zut! Mon message ne s'est pas affiché.
    Je suis d'accord avec Denis qui a commenté ci-dessus. Je suis ton blogue parfois de façon assidue, parfois moins (comme tous les blogues que je suis d'ailleurs) et tes réflexions alimentent les miennes. Une goutte oui, mais qui additionnées à d'autres finit par faire une flaque assez importante. ;-) Et si je reviens, c'est que tes billets résonnent en moi quelque part. J'espère continuer à te lire encore longtemps.

    RépondreSupprimer

L'Esprit Vagabond vous remercie de vous identifier (ou signer votre commentaire). Assumez vos opinions!
L'Esprit Vagabond est un blogue privé et ne publie pas de commentaires anonymes.